Et voilà, ça y est, vous avez terminé votre roman ! Vous ressentez cette sensation fantastique d’avoir fini quelque chose, mais laissez-moi vous dire que c’est loin d’être le cas. Après l’avoir écrit, vous vous êtes employé à corriger votre roman en effaçant les fautes d’orthographe, de grammaire, de syntaxe pour, qu’enfin, il ne reste qu’un texte poli et au plus près de la perfection.

Vous avez réussi, vous avez écrit un roman et il est maintenant temps de vous confronter au regard des autres : les bêta-lecteurs.

 

Bien souvent, les bêta-lecteurs représentent une étape charnière dans la création de votre roman. Il arrive que de nombreux auteurs décident de sauter cette étape notamment lorsqu’ils veulent s’autopublier au plus vite ou se dépêcher d’envoyer leur manuscrit à une maison d’édition. Je pense sincèrement que c’est une erreur.

 

Même si c’est un processus qui prend du temps, avoir des retours de bêta-lecteurs reste un plus incroyable pour la qualité de votre roman. Je m’explique : vous avez écrit l’histoire, vous avez donné vie aux personnages, vous aimez ce que vous avez fait, c’est très bien, mais ce n’est pas objectif. Le but des bêta-lecteurs est d’obtenir des avis objectifs et des critiques constructives pouvant vous aider à améliorer votre roman. Que ce soit sur le fond ou sur la forme, l’avis d’une personne extérieure est nécessaire et indispensable avant de ne serait-ce que penser à publier vos écrits.

 

En deux mots, c’est quoi un bêta lecteur ?

 

C’est simple, un bêta-lecteur est une personne à qui vous allez faire lire votre livre avant qu’il ne soit publié simplement parce que vous souhaitez son avis dans le but d’améliorer votre histoire.

 

Utile et franchement indispensable, faire appel à des bêta-lecteurs est une nécessité, car il vous faut absolument des avis supplémentaires sur votre œuvre. Après avoir passé autant d’heures à lire, écrire, corriger votre roman, il y a fort à parier que vous n’ayez pas les idées claires sur le sujet. Un point de vue extérieur vous permettra d’identifier les potentiels problèmes dans votre intrigue ainsi que les erreurs qui ont pu s’y glisser.

 

Comment procède-t-on ?

 

Le processus est plutôt simple : vous rentrez en contact avec des bêta-lecteurs, des personnes qui souhaitent lire votre œuvre encore non-publié ou non finalisée, vous leur posez des questions, ils y répondent et vous donnent des axes de progression pour améliorer votre roman.

 

Qui sont vos bêta-lecteurs ?

 

Un bêta-lecteur est une personne qui prendra plaisir à lire votre livre et qui apportera un regard neuf sur l’histoire et sur le récit. Avant de vous lancer dans la grande chasse au bêta-lecteur parfait, il vous faut d’abord déterminer qui sont réellement les bêta-lecteurs les plus indiqués pour votre roman.

 

Pour les identifier, rien de plus simple : réfléchissez à votre cible. À qui est destiné votre roman ? Si vous souhaitez que votre roman marche, il va vous falloir l’avis de personnes susceptibles de l’acheter lorsqu’il sera sur le marché, j’ai nommé les bêta-lecteur.

 

Est-ce que ces derniers peuvent faire partie de ma famille ?

 

Oui et non. Personnellement, les personnes de ma famille tournées vers la littérature ont un esprit critique très aiguisé ce qui, lorsque je leur fais lire mes écrits, m’assure qu’ils seront douloureusement honnêtes. Il ne s’agit là que de mon cas personnel, car bien souvent la famille a tendance à être légèrement trop positive lorsqu’il s’agit de juger le texte d’une personne aimée. Il y a de grandes chances pour que votre mère vous assure que vous êtes le ou la prochaine J. K. Rowling. Je ne dis pas le contraire, mais attendez que d’autres vous l’assurent avant de l’indiquer sur votre CV 😉

 

Trouver des bêta-lecteurs, et l’épopée commence

 

Vient alors cette étape cruciale de les trouver ces bêta-lecteurs. Faites appel à votre entourage pour avoir une première idée de ce qu’inspire votre roman. Une fois que vous serez rassuré sur votre légitimité en tant qu’auteur, vous aurez sûrement plus envie de vous tourner vers des bêta-lecteurs inconnus dont vous redouterez encore plus le jugement.

 

Le bêta-lecteur n’est pas compliqué, il veut simplement lire quelque chose d’agréable, de construit, quelque chose qu’il aimerait trouver dans une librairie ou sur une boutique en ligne. Ainsi, il est plus logique de proposer votre roman à une personne qui aime lire le genre de roman similaire au vôtre. Si un bêta-lecteur ne lit que des thrillers et que vous lui proposez une romance contemporaine, il y a de grandes chances pour que l’expérience ne soit pas concluante des deux côtés.

 

Bien sûr, le bêta-lecteur parfait doit disposer d’un peu de temps libre, et doit aimer lire. Vous trouverez probablement dans votre entourage proche ou moins proche des gens disposés à faire ce travail pour vous, mais je vous conseille d’opter pour des anonymes que vous trouverez sur Internet au gré de vos recherches sur la bêta-lecture. En quelques minutes avec Google, vous pourrez découvrir des groupes sur Facebook par exemple mettant en relation des bêta-lecteurs et des écrivains. De nombreux forums d’écriture permettent également de créer le lien permettant aux deux parties de se rencontrer et d’échanger.

Sur Facebook : Auteurs cherchent avis, chronique ou bêta-lecture,

Forums sur lequel entrer en contact avec des bêta-lecteur : Livraddict, Goodreads, Lecture Academy, et tous les forums d’écriture que vous pourrez trouver.

 

Astuce : utilisez les réseaux sociaux pour faire votre recherche. Un post Facebook, un message sur tweeter, un article sur votre blog, tous les moyens sont bons pour tenter de recruter des bêta-lecteur 😊

 

Remarque : n’oubliez pas que les bêta-lecteurs sont des personnes qui acceptent de vous aider et le font sur leur temps libre ! Soyez sympa avec eux tout en étant bien clair sur ce que vous attendez d’eux. Il n’y a que comme ça que la relation bêta/auteur peut fonctionner.

 

Combien me faut-il de bêta lecteur ?

 

C’est à ce moment-là que ça se complique. Quand certains vous diront qu’il vous en faut cinq, d’autres vous jureront partout les saints qu’il vous en faut minimum vingt. Pour ma part je pense que dix est un chiffre raisonnable. À partir de huit, vous commencerez avoir suffisamment de recul pour pouvoir juger de la qualité de votre œuvre. Des remarques commenceront à revenir fréquemment parmi vos lecteurs et vous identifierez plus aisément les points à retravailler.

 

Si vous n’avez vraiment pas accès à de nombreux bêta-lecteurs, assurez-vous, par pitié, qu’au moins  une personne de confiance avec un avis honnête et sincère lise votre roman avant que vous ne décidiez de l’envoyer à des maisons d’édition ou de le publier en auto-édition si tel est votre intention.

 

Très bien, mais je lui demande quoi moi au bêta-lecteur ?

 

Question très pertinente s’il en est, vous allez avoir de nombreuses choses à demander à votre bêta-lecteur. Une fois que vous aurez déterminé le rythme auquel vous souhaitez adhérer pour votre bêta-lecture (vous pouvez fournir un chapitre à la fois aux lecteurs, ou bien cinq par cinq ou encore l’intégralité de votre écrit, c’est comme vous le souhaitez), vous allez pouvoir poser tout un tas de questions à votre lecteur pour que ce dernier vous offre un retour constructif vous permettant d’améliorer votre roman.

 

Voici une liste de questions non exhaustive qui peuvent servir de base pour un échange avec un bêta-lecteur après lui avoir fait lire l’intégralité du roman :

  • Qu’avez-vous le plus aimé et pourquoi ?
  • Qu’avez-vous le moins aimé et pourquoi ?
  • Y a-t-il quelque chose dans l’intrigue que vous n’avez pas compris ?
  • Avez-vous noté des longueurs ? Si oui, à quel moment ?
  • Quel chapitre vous a le plus plu et pourquoi ?
  • Quel personnage vous plait le plus et pourquoi ? Celui que vous aimez le moins et pourquoi ?
  • Trouvez-vous les personnages intéressants ?
  • Y a-t-il un ou plusieurs personnages en trop dans le récit ?
  • Que pensez-vous des dialogues ?
  • Que pensez-vous des scènes de romance ?
  • Pouvez-vous vous représenter les situations visuellement ?
  • Est-ce suffisamment détaillé ?
  • Le récit est-il fluide ?
  • Êtes-vous frustré de la fin ? Pourquoi ?

 

Si vous optez pour un rythme d’un chapitre à la fois, pas de panique, adaptez simplement les questions pour qu’elles collent à votre chapitre et les scènes qui s’y déroulent.

 

Une fois que vous aurez les réponses à toutes vos questions, compilez-les et corrigez une dernière fois votre manuscrit. Vous verrez qu’au fur et à mesure des retours des bêta-lecteurs, plusieurs points reviendront souvent ou, au contraire, ne seront soulevés que par une seule personne. Si sur dix bêta-lecteurs, cinq vous disent adorer une scène tandis que les cinq autres vous assurent qu’elle est inutile, c’est alors à vous de trancher et de faire un choix.

 

N’oubliez pas qu’un livre est une histoire et reste avant tout une question de sensibilité. Il y aura toujours, et c’est obligatoire, des gens qui n’apprécieront pas votre récit, et c’est bien normal. Si tout le monde était toujours d’accord, la vie serait un peu fade. Acceptez les critiques et les remarques et profitez-en pour chercher des axes d’amélioration.

 

À noter : si un bêta lecteur vous paraît cependant trop acerbe ou se montre complètement hostile et méchant, n’oubliez pas que c’est vous l’auteur et que vous avez la main sur ce que vous écrivez. En choisissant vos bêta-lecteurs avec soin, vous devriez normalement pouvoir éviter ce genre de problème, mais si cela venait à arriver, n’hésitez pas à vous séparer de cette personne.

 

 

Parfois, il se peut que votre façon de voir les choses ne plaise pas à un bêta-lecteur et inversement. Dans ce cas, aucun problème. Mettez fin à la collaboration avec tact et restez en bons termes. Cela ne m’est jamais arrivé, mais j’imagine que ça doit être une situation particulièrement frustrante. L’épreuve de la bêta lecture ne doit pas être une source de stress trop importante, car, je vous le rappelle, vous avez déjà écrit et corriger votre livre. Vous êtes désormais un auteur en attente d’un avis. La plupart du temps les gens sont sympathiques et tout disposés à vous aider par le biais de critiques constructives et de conseils. S’il vous arrive de rencontrer un bêta-lecteur qui ne répond pas à ces critères et qui ne souhaitent faire que des commentaires vains et méchants, libre à vous de continuer la route sans lui.

 

 

N’oubliez pas que la bêta-lecture peut également être un échange de bons procédés. Ainsi, si vous devenez le bêta-lecteur d’un auteur, il est fort probable que ce dernier accepte également de lire vos écrits par la suite. L’un dans l’autre, tout le monde est gagnant et vous pourrez ainsi peut-être tisser de bons liens d’amitié avec celui ou celle qui deviendra alors votre critic partner et vous entretiendrez une relation d’entraide mutuelle dans l’écriture.

 

Personnellement je n’ai pas encore tenté d’être bêta-lecteur moi-même, mais c’est quelque chose que j’aimerai bien faire dans les mois à venir.

 

Et vous, avez-vous déjà été bêta-lecteur ou bêta-lu ? N’hésitez pas à me l’indiquer en commentaire.

Profitez bien de votre week-end !