Je ne sais pas vous, mais en ce qui me concerne, l’été est un moment au cours duquel je peux consacrer un peu plus de temps à la lecture. Ces derniers temps, j’ai eu envie de me pencher sur certains ouvrages traitant d’écriture et de processus créatifs.

Dans un précédent article (Les livres à lire quand on est écrivain), je vous faisais déjà l’éloge de mes ouvrages préférés en la matière, mais il y a tellement de livres traitant de l’écriture que j’en découvre chaque jour davantage. Le dernier en date est: How to write a novel using the snowflake method de Randy Ingermanson. La méthode du flocon de neige étant très prisée par de nombreux écrivains, je me suis dit qu’il était peut-être temps que j’y consacre un article, c’est parti !

 

Une méthode pour Plotters et Pantsers

Tout d’abord, sachez que la méthode flocon de neige se veut un compromis entre les plotters (qui planifie tout à l’avance) et les pantsers (qui écrivent au feeling), personnellement, je trouve que cette méthode satisfera davantage les plotters, car pour mener à bien les 10 étapes, il faut être prêt à investir par mal de temps dans son projet avant d’écrire la moindre ligne. Ça peut être très frustrant pour les pantsers, cependant, continuez votre lecture si vous faites partie de cette catégorie, la méthode de Randy permet d’arriver à un résultat tel que vous serez sûr(e) et certain(e) de la solidité de votre intrigue (et ça, ça n’a pas de prix !).

Dans son ouvrage, l’auteur nous explique que chaque auteur a pour mission de découvrir quel processus créatif lui sied le mieux. Ça prend du temps d’apprendre à se connaitre en tant qu’écrivain et il conseille donc d’utiliser la méthode flocon de neige si cette dernière vous correspond. Si vous vous rendez compte que ce n’est pas le cas, passez votre chemin sans vous en inquiéter. Nous sommes tous différents, et ce qui fonctionne pour l’un ne fonctionnera pas forcément pour l’autre, il n’y a pas de méthode miracle pour réussir à écrire, seulement de l’investissement personnel et de la discipline. En clair, prenez ce que vous souhaitez de cette méthode et ne vous sentez pas obligés de réaliser les 10 étapes ! C’est un guide destiné à seulement donner une idée de la marche à suivre pour former votre intrigue, apprendre à connaitre votre histoire et mieux cerner vos personnages.

 

Avant de commencer

Première chose à faire, le petit brainstorming obligatoire. Je vous en parlais déjà ici dans  mon article pour vous aider à trouver des idées, et il semble qu’en amont des 10 étapes de la méthode, il soit recommandé de poser sur le papier toutes les idées que vous avez eues concernant votre projet. Même si vous avez une excellente mémoire, ne vous surestimez pas et préférez consigner vos idées vagues et non abouties dans un document. Il s’agit de votre première approche pour traiter votre projet, inscrivez tout ce qui vous vient à l’esprit, ce ne sera pas perdu.

 

Une méthode en 10 étapes

Comme annoncé plus haut, cette méthode se présente en 10 étapes plus ou moins longues selon la tâche à effectuer (et le projet travaillé).

L’auteur de cette méthode, Randy Ingermanson, se trouve être docteur en Physique et a conçu cette méthode se basant sur le flocon de Floch (une théorie mathématique). Le principe est très simple, en partant d’une forme simple on arrive progressivement à un objet compliqué en incorporant petit à petit des détails aboutissant à d’importants changements. Dans la méthode flocon de neige, c’est la même chose ! On commence petit avec quelque chose de simple pour ajouter des éléments et arriver, enfin, à un roman complet.

 

C’est parti pour les 10 étapes !

N’oubliez pas, libre à vous de « sauter » une étape si vous le souhaitez 😊

1- Résumé en une phrase

Prenez une heure pour trouver une phrase qui résume votre histoire. Le but est de vous concentrer sur l’essentiel : pas besoin de donner de noms, allez au plus simple et pensez ‘phrase de présentation sur la quatrième de couverture des romans’. Ici, moins il y a de mots, mieux c’est.

Essayez donc de résumer votre roman en une seule phrase d’environ 15 mots (moins c’est encore mieux).

Remarque : dans son ouvrage et non sur son blog, Ingermanson propose de faire une phrase de moins de 25 mots, mais de ne pas s’inquiéter si on dépasse un peu. Le but est vraiment de nous obliger à rester concis et d’utiliser le moins de mots possible.

 

2- Résumé en un paragraphe

Pour cette seconde étape, consacrez une heure à la rédaction d’un paragraphe de 5 phrases qui résume votre histoire. Ingermanson part du principe que la majorité des romans sont construits suivant la structure en 3 actes qu’il préfère organiser autour de ce qu’il appelle les 3 désastres (à comprendre 3 grandes actions marquantes de votre roman qui rythment votre histoire et caractérisent chacune un acte).

Construisez votre paragraphe comme suit :

  • Une première phrase d’introduction décrivant votre situation initiale.
  • Une deuxième phrase s’attardant sur votre premier désastre et correspondant à la fin de votre 1er acte.
  • Une troisième phrase traitant de votre second désastre et de la fin de votre 2e acte.
  • Une quatrième phrase expliquant votre troisième et dernier désastre menant à la fin de votre 3e acte.
  • Et, enfin, une cinquième phrase exposant la situation finale.

 

3- Courte présentation des personnages

Pour chaque personnage important de votre histoire, faites une petite fiche qui vous aidera à le cerner. Utilisez un tableau Excel ou autre pour mieux vous y retrouver 😉

Voici les informations à incorporer :

  • Nom
  • Résumé en une phrase de l’histoire du point de vue de ce personnage
  • Motivations : qu’est-ce que le personnage veut globalement ?
  • Buts : qu’est-ce que le personnage veut à tout prix ?
  • Valeurs : quelles sont leurs valeurs ? (ex. : pour ce personnage, rien n’est plus important que : l’amour, la liberté, la tradition, l’honneur, etc.)
  • Conflit : qu’est-ce qui l’empêche d’atteindre ce but ?
  • Épiphanie : comment le personnage va-t-il changer au cours de l’histoire ?
  • Résumé en un paragraphe de l’histoire du point de vue de ce personnage

Ce que je préfère dans cette étape ce sont les petits résumés du point de vue du personnage. Car si on a déjà réalisé ces derniers en étapes 1 et 2, ici il est question ici de s’adapter au personnage : ils sont tous les héros de leur propre histoire et ça aide vraiment de visualiser le roman et son déroulé de leur point de vue. Je trouve que ça permet d’obtenir des personnages plus nuancés et d’éviter les clichés du méchant qui est méchant juste parce que, euh, ba il est méchant quoi…

 

L’auteur conseille de revenir en arrière et de changer autant d’éléments que nous le souhaitons si cela s’avère nécessaire. C’est sûr que quand on met en place l’intrigue d’un roman, les détails sont amenés à changer, et c’est d’autant plus vrai quand on approfondit nos personnages. Le but de la méthode est de permettre de revenir en arrière et sur nos décisions avant même d’avoir investi trop de travail dans le projet. Il vaut mieux changer votre dénouement maintenant plutôt qu’à la fin de votre premier brouillon après y avoir passé des centaines d’heures et d’avoir l’impression d’avoir perdu votre temps.

 

4- Résumé en une page

Reprenez votre résumé en un paragraphe (avec les 5 phrases) et développez chacune de vos phrases en un paragraphe. Ces 5 paragraphes constitueront environ une page et vous donneront une bonne approche de la colonne vertébrale de votre roman. C’est le moment où vous ajouter des détails importants, des conflits,  des actions qui comptent et font avancer votre intrigue. Ce résumé en une page devrait s’approcher d’un synopsis que vous pourriez soumettre avec votre lettre d’accompagnement lorsque vous proposerez votre manuscrit aux maisons d’édition (on n’y est pas encore, mais si ça peut vous aider ET vous faire gagner du temps, que demande le peuple ? 😉 )

 

5- Une page sur chaque personnage

En quelques jours, développez le résumé en un paragraphe que vous avez écrit pour chaque personnage important pour obtenir un synopsis de l’histoire du point de vue de chaque personnage en une page. Ça peut paraître beaucoup (ça va clairement dépendre du nombre de personnages importants dans votre roman), mais c’est très utile pour approfondir davantage vos personnages et bien cerner leurs buts, leurs ambitions et motivations.

Encore une fois, peut-être qu’arriver à ce moment-là vous aurez besoin de revenir en arrière et corriger la structure de votre roman. Pas de panique, vous devriez pouvoir faire les quelques corrections que vous jugez nécessaires en quelques minutes, c’est l’avantage quand on construit son intrigue par étapes et non d’un bloc.

6- Résumé en quatre pages

Prenez une semaine (ou plutôt le temps dont vous avez besoin) pour transformer votre résumé en une page en un résumé en quatre pages. C’est plus amusant que ça n’en a l’air (si, si, je vous jure !) parce que grâce aux synopsis des personnages, l’intrigue devrait maintenant apparaitre très clairement dans votre esprit. Le but ici est de développer chaque paragraphe de votre résumé en une page pour obtenir quatre pages. Ça ira plus vite que vous ne pouvez le croire, promis 😉

 

7- Fiches de personnages détaillées

Réalisez des fiches détaillées pour chacun de vos personnages. Consignez toutes les informations liées à vos personnages : nom, prénom, date de naissance, description physique, histoire personnelle, enfance, motivations, ambitions, buts dans la vie, valeurs, changement entre le début et la fin du roman, détails importants, etc. Cette étape est une extension de l’étape 3 et vous permettra d’avoir vraiment toutes les informations sur chacun de vos personnages à disposition.

Continuez d’utiliser un tableau Excel si c’est déjà le cas, ça vous facilitera la vie 😊

 

8- Liste de scènes à partir du résumé

Ici, les plotters se sentiront plus à l’aise, mais c’est un bon exercice pour tous les pantsers également 😉

Reprenez votre résumé en quatre pages et faites une liste de toutes les scènes qui composeront votre roman. Là encore, c’est plus simple d’utiliser un tableau Excel, mais à vous de voir.

Dans une première colonne, faites le résumé de chaque scène et dans une seconde colonne indiquez quel point de vue est utilisé (quel personnage). Libre à vous de rajouter autant de colonnes que vous le souhaitez, mais n’oubliez pas que le but est ici encore de vous aider à planifier votre roman.

Une fois que c’est fait, vous pouvez rajouter une colonne pour noter le numéro de chapitre correspondant à chaque scène.

 

9- Description plus poussée de chaque scène

Cette étape détaille l’étape précédente. Une fois votre tableau de scènes terminé, ouvrez un document de traitement de texte et écrivez une description poussée pour chaque scène en plusieurs paragraphes. C’est le moment de noter les quelques lignes de dialogues qui peuvent déjà vous venir à l’esprit, et d’y décrire concrètement ce qu’il s’y passera.

Personnellement, je trouve cette étape très (trop ?) longue et j’ai tendance à la passer sans m’y arrêter. Après, chacun fait comme il le souhaite, c’est le but avec cette méthode.

Si vous menez cette étape à bien, vous devriez avoir un sacré nombre de pages en amont de l’écriture de votre premier brouillon. Au moins maintenant, vous êtes parés ! Direction la dixième et dernière étape.

 

10- Premier brouillon

Lancez-vous ! L’heure est venue d’écrire ce premier brouillon ! Vous avez travaillé votre intrigue, vos personnages sont réalistes et vous connaissez votre histoire sur le bout des doigts, vous pouvez écrire votre roman sans vous souciez des trous dans votre intrigue, car vous l’avez suffisamment travaillée pour avoir un plan en béton armé.

Cette étape peut être plus ou moins longue selon les auteurs. Certains écrivains mettent plusieurs années à écrire leur premier roman, mais je pense qu’avec cette méthode et de l’investissement, un écrivain même débutant peut écrire son premier brouillon en moins de 6 mois.

Si vous êtes un écrivain en herbe et que vous souhaitez vous lancez dans l’écriture de votre premier roman, mais que vous ne savez pas par où commencer, je pense que la méthode flocon de neige peut réellement vous être d’une grande aide 😊

 

***

 

Comme je vous l’ai déjà précisé, cette méthode reste un processus parmi tant d’autres. L’écriture est un art créatif complexe et chaque écrivain étant unique, cette méthode ne marchera peut-être pas pour vous. Si elle peut vous aider ne serait-ce qu’un petit peu à avancer vers la rédaction de votre premier brouillon, vous m’en voyez ravie 😊

J’espère que cela pourra vous aider. Pour rappel, le livre décrivant cette méthode est disponible sur Amazon :

How to write a novel using the snowflake method (uniquement en anglais)

 

C’est probablement le livre de non-fiction le plus agréable que j’ai lu jusqu’à présent, la raison ? On y suit Boucle d’or qui désire écrire un roman, mais n’a pas encore trouvé la méthode qui lui correspond. Résultat ? Elle s’inscrit à un atelier d’écriture et rencontre Baby Bear (oui, oui, Bébé Ours) qui enseigne la méthode flocon de neige. Sans oublier sa rencontre avec le sympathique Grand Méchant Loup et l’imbuvable Petit Cochon. L’auteur parvint à démontrer sa méthode à travers une fiction et je dois avouer que j’ai vraiment trouvé ça très agréable à lire. Je vous le conseille vraiment si vous ne savez encore pas trop quelle méthode est faite pour vous, peut-être que celle-ci saura faire la différence.

Si vous parlez anglais, je vous conseille également de vous rendre sur le site de l’auteur advancedfictionwriting.com qui renferme de précieuses ressources pour les écrivains confirmés et en herbes 😉

 

Et vous, vous connaissez la méthode flocon de neige ? Vous l’utilisez ? N’hésitez pas à me l’indiquer en commentaire, ça m’intéresse !

 

Bon week-end à toutes et à tous 😊