S’il y a bien un type d’écrit que j’apprécie tout particulièrement, c’est bien la nouvelle ! Rapide et concis, ce petit texte de quelques pages présente tous les avantages du roman sans en avoir les inconvénients. Aujourd’hui je vous propose donc un petit focus dédié à la nouvelle 😊

 

La nouvelle, qu’est-ce que c’est ?

C’est un texte court ! Sa longueur varie, mais en général on considère qu’à partir de 15000 mots on a une nouvelle. Personnellement, je pense qu’à partir de 6-7000 mots, on a déjà une nouvelle, mais les règles à ce sujet ne sont pas claires. On entend également parler assez souvent de novelette pour parler de textes de moins de 15000 mots, mais je préfère tout classer dans la catégorie nouvelle (à quoi bon se prendre la tête ?).

La particularité de la nouvelle résidant dans sa concision, elle possède un rythme bien différent du roman. Tout comme ce dernier, elle peut aborder tous les thèmes et être écrite sur tous les tons. Comédie, tragédie, aventure, romance, etc. tout est permis avec la nouvelle !

 

Son avantage que l’on soit écrivain en herbe ou auteur confirmé tient à cette brièveté du texte. Quand on travaille sur des textes très longs, on a parfois besoin de se vider la tête et de prendre un peu de distance avec notre histoire, ce que je préfère dans ces cas-là est de prendre quelques heures pour me plonger dans un autre projet et quoi de mieux que la nouvelle pour se changer les idées ? Ça me permet toujours de retrouver un bon équilibre dans mon écriture 😊

 

Les caractéristiques de la nouvelle

Elle est courte bien sûr, mais elle doit aussi tourner autour d’un thème bien défini (en général, attention il y a toujours des exceptions 😉). Étant donné que le texte doit rester court, il faut que les événements se déroulent rapidement, le rythme de la nouvelle étant bien plus rapide que celui du roman. L’intrigue et le scénario ne peuvent pas se permettre de faire trop de vagues, ainsi on observe souvent le schéma classique, situation initiale, élément perturbateur, situation finale en accéléré.

 

Ainsi, l’intrigue se déroule souvent dans un nombre limité de lieux, tout comme un nombre très limité de personnages est mis en scène. Le but de la nouvelle est de raconter une histoire en étant très précis et concis, de cette façon une intrigue bien ficelée est indispensable à une bonne nouvelle. Le but quand on écrit une nouvelle est de mettre en scène l’intensité, les actions doivent se dérouler rapidement et avoir un sens. Dynamique, rythme et suspens sont les maîtres mots d’une bonne nouvelle. Il faut que le lecteur soit happé par le récit et ait envie plus que tout de connaître le fin mot de l’histoire. Avec le peu de mots qui font une nouvelle, il est impossible de se perdre en longueur sans faire avancer le récit d’un pouce.

 

La clé de voûte de toute cette intensité réside dans une seule et même chose : la chute. C’est ce dénouement que nous n’avons pas vu venir et qui nous laisse bouche bée à la fin d’une nouvelle. La chute est une fin surprenante que le lecteur n’a pas vue venir, et c’est la marque de fabrique de la nouvelle 😊 Alors que quelques indices sont disséminés dans le texte, le fait que le lecteur soit surpris doit le pousser à vouloir relire votre texte une seconde fois.

 

Le roi du genre est probablement Guy de Maupassant qui, avouons-le, n’avait pas son pareil pour écrire des nouvelles, il en aurait écrit près de 1000 ( !!). Ma préférée a toujours été La Parure, mais peu importe, je digresse 😉 Je me dois aussi de mentionner Edgar Allan Poe qui reste lui aussi un des plus grands nouvellistes de sa génération.

 

Une seconde lecture a toujours du sens dans le cas d’une nouvelle, car c’est pour le lecteur l’occasion de voir les indices laissés par l’auteur et qu’il n’avait pas repérés lors de sa première lecture. Comme le texte est court, c’est rapide et permet renforcée sa réflexion autour du récit.

 

***

Écrire une nouvelle n’est pas l’un des exercices les plus aisés, mais c’est très amusant et permet de bien apprendre à maitriser comment planifier une intrigue et rythmer son écriture. On conseille souvent aux écrivains en devenir de se mettre à écrire des nouvelles pour aiguiser leur plume. C’est une très bonne idée, mais ce n’est pas forcément pour tout le monde. Pour certains, il sera dix fois plus simple d’écrire un roman plutôt qu’un texte court, car ils ont besoin de plus d’espace pour écrire et ne parviennent pas à condenser leur écriture.

 

Quoi qu’il en soit, n’hésitez pas à vous y essayer, c’est toujours intéressant de faire quelque chose de différent. Ray Bradbury disait qu’écrire une mauvaise nouvelle c’est possible, mais qu’en écrire 52 qui soient mauvaises est impossible, car dans les 52 il y en aura forcément quelques-unes de bonnes. C’est de cette assertion qu’est né le projet Bradbury, un challenge d’écriture qui s’étend sur une année complète (52 semaines) et qui consiste en la rédaction d’une nouvelle par semaine. Personnellement je ne l’ai jamais tenté, mais c’est une idée intéressante si la nouvelle est un type d’écrit qui vous intéresse 😊.

 

 

Et vous, écrivez-vous des nouvelles ? En lisez-vous ? Quelles sont vos préférées ? N’hésitez pas à me l’indiquer en commentaires 😊